Voici les mesures d’aide d’urgence décrétées par le gouvernement wallon

Le gouvernement wallon a détaillé les différentes mesures décrétées afin d’aider les populations touchées par les intempéries. L’exécutif a ainsi décidé d’initier, de sa propre initiative, une procédure de reconnaissance de calamité publique. Dans ce cadre, le Centre régional de Crise a été chargé de demander à l’Institut royal météorologique un rapport analysant les phénomènes d’inondations sur l’ensemble du territoire wallon. Dès réception de ce rapport, le gouvernement prendra un arrêté de reconnaissance des inondations comme calamité publique.

Aide d’urgence

Par ailleurs, une aide d’urgence de 2,5 millions d’euros à destination des communes a été débloquée afin de leur permettre de prendre en charge les dépenses de première nécessité dans les premiers jours suivant les inondations.

Mécanisme de prêts sans intérêt

Le gouvernement wallon a en outre mis en place un mécanisme de prêt sans intérêt en faveur des indépendants et entreprises touchés par les inondations. Ce mécanisme, accessible via la Sowalfin, permettra aux indépendants et entreprises, déjà durement touchés par la pandémie, de recevoir des liquidités en attendant les interventions des assurances. Quelque 125 millions maximum seront ainsi mobilisés pour couvrir 2.500 prêts d’un montant maximal de 50.000 euros.

Des fonds pour recruter du personnel

Cinq autres millions sont encore prévus pour permettre aux communes de recruter du personnel pour une durée de 3 mois en vue du nettoyage et de la réparation des routes et des bâtiments endommagés ainsi que de l’assistance aux citoyens pour leurs démarches administratives.

Prêts aux communes sinistrées

Enfin, le Centre régional d’Aide aux Communes accordera un prêt sans intérêt aux communes sinistrées afin qu’elles octroient un prêt de 2.500 euros par foyer impactés et qu’elles prennent en charge les réparations d’extrême urgence des bâtiments communaux. Ces prêts permettront d’anticiper les interventions des compagnies d’assurance et du Fonds des calamités publiques. 

Sources : Belga