Utiliser son smartphone comme GPS sur ses genoux? Il vous en coûtera 174 euros d’amende

La Commission parlementaire pour la mobilité votera mardi des règles plus strictes et une amende plus élevée pour limiter l’utilisation des appareils électroniques au volant, indiquent les journaux de Mediahuis. “La législation actuelle date de l’ère pré-smartphone. Nous mettons à jour la définition dans le code de la route”, a déclaré le député Vooruit Joris Vandenbroucke dans l’émission radio De Ochtend de la VRT.

Chaque année, au moins 30 personnes meurent dans la circulation à cause de l’utilisation d’un smartphone au volant. Chaque année, quelque 2.500 personnes sont ainsi blessées. “Les règles pour lutter contre cette violation datent de l’époque où tout le monde avait un Nokia 3310″, explique le député Jef Van den Bergh (CD&V), qui a soumis le projet de loi avec son collègue Joris Vandenbroucke (Vooruit).

La nouvelle réglementation fait référence à un “appareil mobile doté d’un écran”, ce qui inclut, par exemple, une tablette ou une liseuse électronique. Le conducteur n’est pas autorisé à “utiliser, tenir ou manipuler cet appareil”. Le simple fait de tenir l’appareil en main suffit donc pour commettre une infraction, même si l’on ne l’utilise pas. 

En outre, l’utilisation de l’appareil sur les genoux, sur la console centrale ou sur le siège du passager est également punissable. “L’appareil doit être dans un support. Utiliser son smartphone comme GPS sur ses genoux ou sur le siège du passager n’est pas autorisé”, explique Joris Vandenbroucke dans De Ochtend. 

Désormais, l’utilisation du smartphone au volant est également considérée comme une infraction du troisième degré. L’amende passe ainsi de 116 euros à 174 euros. Selon M. Vandenbroucke, les dizaines de décès sur la route causés par l’utilisation du téléphone portable au volant sont “une bonne raison de mettre un frein à cette pratique”. Le nouveau règlement entrera probablement en vigueur au début du mois de mars.