Les conflits de voisinage explosent en Belgique

Les conflits de voisinage empoisonnent la vie de nombreux citoyens. Les cas explosent depuis trois ans, comme le rapporte la DH.

En 2020, pas moins de 1 910 affaires concernant des troubles de voisinage ont été ouvertes auprès des justices de paix du royaume, selon le service d’appui du Collège des cours et tribunaux. Soit une moyenne de 5 dossiers par jour et même de 7,5 par jour ouvré. Un chiffre actuellement en pleine explosion : en trois ans, la hausse du nombre de dossiers ouverts est de l’ordre de 56 %. Et même de 72 % depuis 2015.

Certaines provinces sont plus touchées que d’autres. C’en Hainaut que les citoyens font le plus appel à la justice de paix, devant la Flandre occidentale et la province de Liège

À l’inverse, les Namurois et les Luxembourgeois n’y recourent que très peu. Près de quatre fois moins qu’en Hainaut.

C’est étonnant, la ville la plus peuplée de Belgique ne connaît qu’un taux extrêmement réduit de recours à la justice de paix. Sans doute car les troubles occasionnés y sont davantage des nuisances sonores, lesquelles se règlent davantage par une visite policière et un procès-verbal que devant la justice de paix.