Des bras d’honneur, des insultes : un agriculteur de Perwez harcelé !

Michel Pierard est agriculteur depuis plus de 30 ans à Perwez dans le Brabant wallon.
Il cultive entre autres la pomme de terre en respectant toutes les règles en vigueur.
Or, depuis maintenant près de 3 ans à chaque sortie de tracteur, il se fait insulter et menacer.
Il lance un cri de désespoir et tente de nous faire comprendre la problématique.

On me klaxonne…On me traite de tous les noms. On me fait des doigts, des bras d’honneur parce que j’utilise des pesticides.

Pourquoi ?

Afin de préserver ses cultures et comme la législation l’autorise, Michel utilise des pesticides, parmi eux, les fongicides (utilisés pour lutter contre les champignons), les insecticides et les herbicides.
Ces produits lui permettent de garantir une production stable et de protéger ses cultures mais il y a un inconvénient, les pesticides peuvent être toxiques pour la santé humaine.

Quelle est l’alternative ?

Actuellement, une alternative aux pesticides n’est pas possible à faible coût.
Il faudrait énormément de main-d’œuvre pour éviter l’invasion des insectes, la pousse des champignons et les mauvaises herbes. Sans garantie de résultat.

Si je n’utilisais pas de pesticides, il me faudrait une main d’oeuvre de plusieurs centaines de personnes pour éliminer les mauvaises herbes. C’est absolument impossible !

Sans pesticides, c’est une perte de minimum 40% des récoltes, une augmentation des importations massives et donc la fin de l’agriculture locale accessible.
Au final, ce serait une réduction possible de la qualité des produits et une augmentation importante des prix des fruits et légumes pour le consommateur.

Les pesticides sont-ils vraiment dangereux pour la santé ?

Ils présentent des risques limités s’ils sont bien utilisés. Toutes les décisions concernant les pesticides sont basées sur une évaluation scientifique qui est la plus stricte au monde.
Les substances sont évaluées par l’Agence européenne de  sécurité des aliments et ensuite examinées par la Commission européenne avec les 27 États membres.
La pulvérisation est encadrée par une réglementation que la majorité des agriculteurs suivent scrupuleusement.

Vous imaginez, je ferais un produit pour gagner de l’argent en intoxiquant les gens ? Ce n’est pas possible !

Aujourd’hui et depuis plus de 30 ans, les agriculteurs avec les pesticides sont dans la même position que les médecins avec les antibiotiques. Il est nécessaire actuellement pour Michel d’utiliser ces produits aux doses réglementaires et au bon moment.

Le but de ce message ? 

Sensibiliser les consommateurs à la problématique des agriculteurs… en leur donnant la parole.
Quelles seraient les solutions ? Quelles alternatives ?